C'est à l'occasion d'un traditionnel bilan trimestriel que Louis Camilleri, le boss de Ferrari, a annoncé que le divorce mécanique avec Maserati est imminent. Bientôt, il n'y aura plus de moteur au Cavallino sous les capots au Trident. 

Mais on aurait tort de croire à une mesure vexatoire, visant à punir des résultats décevants de Maserati. Camilleri explique : "Nous avons avec Maserati un contrat de fourniture de moteurs, et Maserati a déjà déclaré ne pas désirer renouveler ce contrat, qui prend fin en 2021-2022." Pour rappel, ce contrat avait été lancé il y a près de 20 ans, lorsque la sublime 3200GT mise à jour devint 4200 GT, et troqua son V8 3.2 biturbo d'origine (très ancienne) Maserati, contre le V8 atmosphérique 4.2 de Ferrari.

On ignore donc encore quels sont les plans de Maserati pour ses futurs moteurs – qui devront passer par l'électrification bien sûr – mais Ferrari ne cache pas sa satisfaction. Le constructeur a en effet déclaré qu'il ne fournirait plus de moteurs ni à Maserati, ni à qui que ce soit, et que les ressources humaines et financières consacrées à ce business "client" allaient enfin pourvoir être consacrées au développement de nouveaux modèles maison. Bref, tout le monde est content.

 

LAURENT ZILLI