Quatrième de la génération Ceed, ce SUV coréen a assemblé au sein d’un nouveau modèle les meilleurs éléments à sa portée tout en compressant les coûts pour proposer une voiture dont le succès devrait être au rendez-vous.

 

Aucune hésitation possible, avec sa garde au sol en hausse de plus de 4 centimètres, ses lignes élancées et ses nouvelles optiques de phare (LED à l’arrière), la XCeed blanche dont je prends livraison chez VAB à Vilvorde me séduit immédiatement. Clé en poche, petite pression sur le bouton noir disposé sur la poignée et le nouveau monde, selon Kia, s’ouvre à moi. Déjà par sa hauteur (merci à ce segment SUV tant décrié par nos ministres de la mobilité), je prends place sur un siège enveloppant à commandes électriques qui se déplace instantanément pour faciliter l’entrée et la sortie du véhicule. Je suis assis dans la version Sense 1.4 T-GDI de 140 chevaux, le confort des occupants a été particulièrement soigné. La planche de bord se divise principalement en deux parties avec l’écran principal et ses affichages conventionnels ainsi qu’un large écran de navigation tactile placé à droite. Ma première opération consiste au changement de langue qui me révèle une belle sensibilité des touches et un accès facile à tous les paramètres. Pas besoin d’avoir suivi un Master en communication pour assimiler ses différentes fonctions.

Premiers amours

Comme dans toute histoire qui débute, les premières impressions se justifieront par la suite. Avec ses 140 chevaux, le moteur m’extrait tout en douceur d’une circulation quasi inexistante en ce début mai grâce à sa transmission automatique à double embrayage et ses 7 rapports. La conduite se veut assez directe, au même titre que les suspensions. La motricité s’opère uniquement sur les roues avant.  Les ingénieurs coréens se sont principalement attachés à donner du caractère à cette voiture en privilégiant le ressenti plutôt que la neutralité, aidé en cela par la monte d’amortisseurs à butée hydraulique.  Le moteur n’émet que peu de décibels et seules les franches accélérations libèrent bruit et sensations. Kia a doté cette version de nouveaux isolants acoustiques dont le rendu est vraiment efficace. Le régulateur de vitesse « intelligent » engagé et calé sur la vitesse réglementaire, je profite d’une autoroute bien dégagée pour apprécier la qualité des matériaux qui m’entourent. Pas ou très peu de plastique de mauvaise qualité, un assemblage cohérent des différents éléments et des boutons à profusion disséminés à leur juste place. Mon smartphone a trouvé sa plateforme de recharge, une bouteille d’eau de plus d’un litre se trouve dans l’emplacement réservé à cet effet sur le panneau de la portière et de ma main droite je configure le nouveau système d’infodivertissement UVO Connect imaginé par Kia.

Calculette

Les passagers arrière devront se contenter de sièges séparés (40/60 ou 40/20/40) non inclinables. L’espace pour les jambes est suffisant sans être exagéré, dépendant principalement de la position des sièges du conducteur et de son passager. Le hayon et son ouverture électrique à distance fait à présent souvent partie de la dotation de base chez les constructeurs et ouvre un espace de rangement tournant entre 426 et 1.378 litres. De quoi retourner chez Ikea et acheter sans compter. Avec un premier prix à 23.990€ équipé du moteur 1.0 T ISG de 120 chevaux, la XCeed peut également se dynamiser avec les 140 et les 204 chevaux des versions supérieures, les prix débuteront alors à 30.640 et 34.240€. La consommation moyenne s’est stabilisée autour des 8 litres avec de nombreux parcours autoroutiers. En adoptant une conduite plus souple, les 7,2 litres ne seront pas dépassés.

En définitive

Durant cet essai échelonné sur 7 jours et 650 kilomètres, je n’ai pas réussi à relever de points réellement négatifs autres que les points de détails énoncés précédemment. Le verdict est donc à mes yeux plus que positif et la mention finale : bonne pour le service.

Philippe Hunin